Habiter des maisons auto-suffisantes qui s’inspirent du cycle naturel des arbres

Un éco-système 100% naturel.
7 décembre 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Livre-Jounal numéro 3
Pour Noël, offrons des cadeaux engagés qui ont du sens ! Notre nouveau livre réunit de grands acteurs du changement et vous donne les clés d'un monde meilleur.
Acheter votre Livre-Journal

L’étudiant en design danois, Konrad Wójcik s’est inspiré des arbres pour imaginer des maisons auto-suffisantes implantées en forêt et dont l’architecture surprenante ne gâche rien.

« C’est à nous d’écrire le futur. Ensemble. »

« La planète compte le temps en milliards d’années. Il lui a fallu environ 4 milliards d’années pour produire les arbres. Ils sont la plus belle œuvre de la Terre, une sculpture vivante parfaite. »

Ce sont bien ces œuvres terrestres qui ont inspirées Konrad Wójcik. A première vue, les formes anguleuses et polygonales n’évoquent pas l’harmonie d’un arbre, mais plutôt celle d’un vaisseau sorti tout droit d’un film de science-fiction. Pourtant, les maisons « Primeval Symbiosis » imitent de très près l’implication des arbres dans leur environnement : pas d’impact ou de déchets et une symbiose au cœur de la nature.

Konrad Wójcik détaille ses motivations sur son site où il explique que les populations grandissantes devront tôt ou tard grignoter encore un peu plus sur les forêts qui sont pourtant sources de vie pour toute la planète. Ce dernier a voulu prendre le problème par les racines en remplaçant la déforestation par l’adaptation, non de la forêt, mais bel et bien de l’Homme.

« Avoir cette structure comme chaque autre organisme, dont les organes sont naturels, qui peuvent être réutilisés, même après leur mort. Le simple cycle de la vie ».

Une utopie imaginable

L’idée initiale de Konrad Wójcik est de faire vivre ces maisons dans un quartier en pleine forêt afin que les habitants puissent profiter d’un calme ressourçant et d’une communion indispensable avec la nature. Les maisons comme étirées vers le haut sont à moitié couvertes de panneaux photovoltaïques, la seconde façade est vitrée sur deux étages afin d’obtenir un logement fantastiquement lumineux.

L’impact des matériaux de la maison est nul car elle est faite de bois, de papier et de zinc ; concernant l’énergie, la maison utilise les bienfaits des rayons du soleil et récupère l’eau de pluie. De plus, une pompe à chaleur utilise l’énergie géothermique qui se diffuse directement dans les sols chauffants et un local a été missionné pour retourner le compost directement à la terre, comme un remerciement pour son hospitalité.

7 décembre 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Habiter des maisons auto-suffisantes qui s’inspirent du cycle naturel des arbres
FacebookTwitter
L'Éveil - Numéro 3 Tous les auteurs de « L'Éveil » cassent les codes de l'information. De Idriss Aberkane à Sébastien Arsac ou encore David Koubbi et Valérie Cabanes, nos auteurs nous alertent sur les plus grands enjeux de notre décennie. Si nous voulons changer notre société, nous devons passer par l'éveil. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^