image couv site 1122118

Les Français toujours solidaires des pauvres… Une étude qui fait du bien

FacebookTwitter

Contrairement au cliché souvent rencontré d’une France malade de l’assistanat, les Français, s’ils sont inquiets, se sentent solidaires des pauvres, vus comme des victimes plutôt que comme des paresseux. Une tendance de fond qui pourrait contredire l’impression de durcissement de la fracture sociale en France.

Le ressenti des Français face à la pauvreté

En ces temps de campagne électorale, alors que chacun est prompt à juger la situation du pays à l’aune du dernier sondage, le Centre d’observation de la société rappelle qu’il existe des enquêtes d’opinion menées avec rigueur, qui démontent souvent les résultats conjoncturels et hâtifs des sondages de campagne. C’est le cas notamment du « Baromètre d’opinion » publié par le ministère des Affaires sociales depuis 2000. S’intéressant de près, à l’aide de telles enquêtes, à la perception par la population vivant en France (incluant donc les étrangers) de la pauvreté, le Centre note une progression de l’inquiétude. Ainsi, ce sont désormais 91% des Français qui estiment que la pauvreté a augmenté durant les cinq dernières années – un chiffre en progression constante depuis 2002. Au-delà du constat, le pessimisme face à l’avenir progresse également : 88% de la population estime que cette hausse de la pauvreté va continuer (en hausse depuis 2004), et 90% se sentent personnellement concernés par cet état de fait.

Cette inquiétude n’est pas injustifiée : selon l’INSEE, le taux de pauvreté (mesuré sur la part de la population vivant en-dessous de 60% du revenu médian) est reparti à la hausse depuis 2014, s’accompagnant d’une hausse des inégalités (mesurées par l’indice de Gini). Les Français pauvres, pourtant, sont dignes : si 12% se déclarent pauvres aux enquêteurs du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), le chiffre réel tourne autour des 14 %.

Loin des discours bruyants sur le ras-le-bol de l’assistanat, les enquêtes de long terme montrent que les Français sont solidaires : interrogés sur les raisons derrière la pauvreté, ils pointent massivement le manque de travail, de qualification, ou même de chance (entre 60 et 75% depuis 2000) plutôt que le refus de travailler (autour de 45% en moyenne sur la période). Pourtant, les Français sont très critiques envers les efforts déployés par le gouvernement pour lutter contre la pauvreté : en 2015, 59% estiment que les pouvoirs publics n’en font pas assez pour les plus démunis, mais la part de la population qui juge que le RSA « n’incite pas les gens à chercher du travail » est en constante progression depuis 1989. Solidarité avec les pauvres, oui, mais inquiétudes sur les modes de redistribution.

Prendre de la hauteur

Au-delà des résultats bruts, il est important de noter deux choses à la lumière de cette étude : d’abord, il est crucial de s’intéresser au temps long de l’enquête (un chiffre moyen sur 10 ans a beaucoup plus de poids qu’un résultat annuel car il dégage une tendance) ; ensuite, il se dégage que la réalité de l’opinion française est souvent assez éloignée des discours alarmistes des politiques ou de certains médias. De manière inévitable, le résultat d’une enquête dépendra du contexte médiatique et politique au moment de l’enquête, c’est-à-dire directement d’autres enquêtes : « les discours publics, relayés, alimentent les sondages qui nourrissent à leur tour les discours » ; c’est un cercle vicieux, qui a conduit beaucoup à dénoncer la « pauvrophobie » de la France, loin d’être généralisée.

Même dans un contexte plus large, sur des périodes de plusieurs années, aucune conclusion ne peut être établie autrement qu’avec prudence : en cause, un phénomène qualifié par les sociologues de « mouvement thermostatique ». Derrière un terme un peu barbare se cache un principe simple : « quand un gouvernement de gauche est au pouvoir, les citoyens ont des demandes de politiques de droite, et vice-versa ». Même si le parallèle entre refus de l’assistanat et politique de droite est rapide, cette variable est à prendre en compte. Prudence, donc, quand une tendance ne se confirme pas sur plus d’une dizaine d’années.

Le spectre de la « droitisation »

Que faut-il retenir de ce rappel à la réalité du Centre d’observation de la société ? Peut-être simplement que la France n’est pas aussi intolérante qu’on le pense, malgré la montée du Front national ou les réactions très médiatisées d’intolérance face au mariage homosexuel.

Dans un article édifiant, le site d’information Slate récusait en 2013 l’idée d’une « droitisation » de la France, c’est-à-dire non pas une montée du vote de droite – celui-ci fluctue normalement au rythme du « mouvement thermostatique » cité plus haut – mais l’évolution du « système de valeurs » majoritaire en France vers moins de tolérance (envers les étrangers, les pauvres, les homosexuels) et plus de peur du déclin (de l’identité, de l’économie). A l’époque, au vu des indices long terme, cette impression était tout simplement fausse : un « indice longitudinal de tolérance », développé par le chercheur Vincent Tiberj à partir de 62 séries de questions, est en hausse nette (+10 %) depuis 1990. « Le public français n’a jamais été aussi ouvert et tolérant », écrit-il dans son ouvrage Droitisation en Europe.

Cependant, cet article commence déjà à dater, et il faisait à l’époque état d’une crispation des milieux déjà de droite : « depuis deux ou trois ans, il y a des indicateurs qui montrent une résurgence de la demande de tradition, d’autorité. Il y a une crispation, une peur des autres très forte. Toutes les enquêtes le montrent ». Il est aisé de voir cette crispation dans le score de la candidate du Front National au premier tour des élections présidentielles. La « droitisation » est-elle en train de dépasser le statut de phénomène éphémère ? Comme partout, la situation se lit en niveaux de gris ; évitons les discours catastrophiques car les études montrent la prépondérance de la tolérance, mais restons prudents quant au maintien de cette tendance.

Manifeste numéro 1

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

FacebookTwitter
Article Précédent
Article Suivant