Facebook, mis en difficulté par une collecte de données sans précédent, utilisées à des fins politiques

Facebook dévisse en bourse suite au scandale Cambridge Analytica. Cette entreprise aurait collecté les données de 50 millions d’utilisateurs du célèbre réseau social afin d’influencer leurs choix politiques. Collecte de masse de données, à l’insu des usagers Cambrige Analytica est une entreprise spécialisée dans la communication stratégique, elle a notamment travaillé sur la campagne présidentielle […]
20 mars 2018 - Laurie Debove
FacebookTwitter

Facebook dévisse en bourse suite au scandale Cambridge Analytica. Cette entreprise aurait collecté les données de 50 millions d’utilisateurs du célèbre réseau social afin d’influencer leurs choix politiques.

Collecte de masse de données, à l’insu des usagers

Cambrige Analytica est une entreprise spécialisée dans la communication stratégique, elle a notamment travaillé sur la campagne présidentielle de Donald Trump. Suite à des enquêtes saisissantes, le New York Times et The Guardian accusent la firme britannique d’avoir récolté illégalement les données de 50 millions d’utilisateurs Facebook pour repérer et influencer le choix d’électeurs indécis. Encore plus éloquentes, hier la chaîne britannique Channel 4 News a diffusé des images de caméra cachée. Elles montrent les dirigeants de Cambrige Analytica, dont le PDG Alexander Nix, détailler à un faux acheteur potentiel leurs méthodes pour récolter des données, faire pression sur des opposants politiques grâce à d’anciens espions du MI5 et MI6, ou soudoyer les puissants grâce à des pots-de-vin et prostituées ukrainiennes.

Crédit : Channel 4 News, enquête en infiltration

Christopher Wylie, ancien employé de Cambridge Analytica, est le lanceur d’alerte de l’affaire. Il a révélé à The Observer comment Cambrige Analytica – dont le propriétaire est le milliardaire Robert Mercer, et le vice-président de l’époque était le conseiller clé de Trump, Steve Bannon – a utilisé les informations personnelles d’usagers du réseau sans leur autorisation début 2014 pour construire un système capable de repérer les électeurs américains, et de les cibler avec des publicités politiques personnalisées.

Crédit : The Guardian

Tout est parti d’une appli à l’apparence inoffensive, « thisisyourdigitallife », conçue par Aleksandr Koga, un chercheur de l’université de Cambrige aux Etats-Unis. Grâce à son entreprise Global Science Research (GSR), en partenariat avec Cambridge Analytica, des centaines de milliers d’usagers ont été payés pour remplir un test de personnalité en donnant leur accord sur la collecte de leurs informations destinées à un « usage académique ».

Cependant, l’application a également collecté les données de tous les amis Facebook des personnes ayant rempli le test ! La politique de Facebook permettait alors la collecte des données d’amis dans le but d’améliorer l’expérience des usagers avec les applications, mais en interdisant leur vente ou usage pour la publicité. Là où le bât blesse, c’est que Kogan aurait vendu toutes les données collectées pour un million de dollars à Cambridge Analytica. Cette découverte de collecte de données sans précédent, et l’utilisation qui en a été faite, soulève de nouvelles questions urgentes sur le rôle de Facebook dans le ciblage des électeurs lors de l’élection présidentielle américaine.

Une enquête internationale

Cette révélation arrive seulement quelques semaines après l’inculpation de 13 Russes par l’avocat spécial Robert Mueller, qui les accuse d’avoir utilisé Facebook pour perpétrer une « guerre de l’information » contre les États-Unis. Bien que les charges à l’encontre de Cambridge Analytica soient à première vue accablantes, l’entreprise dément les accusations proférées à son encontre en justifiant avoir détruit les éléments, à l’époque, qui ne respectaient pas les règles de protection des données. Le lanceur d’alerte Christopher Wylie affirme que ce n’est pas le cas. En ce sens, il a présenté un dossier de preuves à l’Agence nationale de la criminalité et au Bureau du Commissaire à l’information. Ce dossier contiendrait notamment des emails, factures, contrats et virements bancaires. Facebook, lui, a déclaré avoir clôturé le compte de Cambridge Analytica et engagé un cabinet d’audit numérique pour enquêter sur le sujet. La cotation en bourse du réseau social a chuté de 6,8% depuis que le scandale a éclaté.

Les conséquences de ces révélations s’étendent au-delà des Etats-Unis. Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a ainsi déclaré que l’UE allait examiner si les droits des citoyens européens en matière de vie privée ont été bafoués par des réseaux sociaux qui auraient pu partager illégalement leurs données. La Commission électorale étudie également le rôle joué par Cambridge Analytica dans le référendum européen. En effet, l’UE est encadrée par des lois sur la protection des données plus strictes que celles des Etats-Unis. Ces lois européennes sont en passe d’être endurcies avec, en mai, la future introduction du règlement général européen sur la protection des données (GDPR). Cambridge Analytica et Facebook font aussi l’objet d’une enquête menée par le Bureau du Commissaire britannique à l’information.

En attendant que justice soit rendue sur tous les tenants et aboutissants de l’affaire, il est peut-être temps pour chaque usager de Facebook de vérifier quelles applications ont accès à ses données personnelles.

Crédits photo de couverture : Jewel SAMAD / AFP

image 412

Pour commander notre nouveau Livre-Journal, cliquez sur l’image !

20 mars 2018 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Facebook, mis en difficulté par une collecte de données sans précédent, utilisées à des fins politiques
FacebookTwitter
Graine - Numéro 2 Tous les auteurs de « Graine » sont des acteurs du changement. De Pierre Rabhi à Hubert Reeves, ou encore Joël de Rosnay et Stéphanie Gibaud, ils nous font part de leurs expériences hors normes et de leurs visions de la société. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^