Face à l’effondrement du cabillaud, la Commission Européenne interdit sa pêche en Mer Baltique

« L'effondrement de ce stock de cabillaud aurait un effet dévastateur sur les moyens de subsistance d'un grand nombre de pêcheurs et de communautés côtières de toute la mer Baltique. Nous devons agir de toute urgence pour reconstituer le stock - tant dans l'intérêt des ressources halieutiques que des pêcheurs. Cela signifie réagir rapidement à une menace immédiate maintenant, au moyen des mesures d'urgence que la Commission prend. Mais cela suppose aussi de gérer le stock - et son habitat - de manière adéquate à long terme. » Karmenu Vella, commissaire chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche
22 août 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter

En juillet 2019, la Commission Européenne a décidé d’interdire, avec effet immédiat, la pêche industrielle de cabillaud dans la majeure partie de la mer Baltique jusqu’au 31 décembre 2019. Soumis à de nombreuses menaces, le cabillaud est représentatif de l’état déplorable dans lequel se trouve les océans.

Le cabillaud, au bord de l’extinction en Mer Baltique

Cela faisait déjà deux ans que les scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) alertaient les autorités sur l’état de santé du stock de cabillauds de la Mer Baltique (un stock désigne une espèce dans la zone où elle vit). Depuis 2017, le stock se situe en-dessous des limites biologiques de sécurité et ne devrait pas dépasser ce niveau à moyen terme, même en l’absence de toute activité de pêche. 

Crédit photo : MARCEL MOCHET / AFP

Au mois de Mai, le CIEM dressait un constat sans appel : pour empêcher la disparition complète des cabillauds en Mer Baltique, il ne faudrait donc en pêcher aucun en 2020. Bien que certains Etats membres de l’Union Européenne avaient pris des dispositions pour préserver les populations de cabillauds, elles restaient toutes insuffisantes. Face à la menace d’effondrement du cabillaud, la Commission Européenne a décidé d’instaurer une mesure radicale en interdisant sa pêche industrielle jusqu’au 31 décembre 2019 au moins

« L’effondrement de ce stock de cabillaud aurait un effet dévastateur sur les moyens de subsistance d’un grand nombre de pêcheurs et de communautés côtières de toute la mer Baltique. Nous devons agir de toute urgence pour reconstituer le stock – tant dans l’intérêt des ressources halieutiques que des pêcheurs. Cela signifie réagir rapidement à une menace immédiate maintenant, au moyen des mesures d’urgence que la Commission prend. Mais cela suppose aussi de gérer le stock – et son habitat – de manière adéquate à long terme. » Karmenu Vella, commissaire chargé de l’environnement, des affaires maritimes et de la pêche

Le cabillaud, aussi connu sous le nom de morue lorsqu’il est salé et séché, est réparti dans deux zones de la Mer Baltique : un petit groupe à l’ouest de l’île danoise de Bornholm, qui résiste bien, et une grande population au sud de la Suède. C’est cette dernière zone qui est concernée par l’interdiction européenne. Cette mesure immédiate essentielle n’est qu’un début : la Commission Européenne prévoit de l’étendre à l’an prochain, mais aussi d’instaurer d’autres mesures pour restaurer l’habitat dans lequel évolue le poisson.

Un phénomène représentatif de l’état des océans

Cela fait dix ans que la population des cabillauds diminue dramatiquement, avec quelques sursauts de régénération qui sont aussitôt suivis d’une plus grande période de déclin. Ainsi, alors que le total admissible de captures diminue d’année en année, les pêcheurs n’arrivent qu’à atteindre entre 40% et 60 % de leurs quotas autorisés, les cabillauds étant de plus en plus petits et de moins en moins nombreux. Manque de salinité, températures trop élevées, manque d’oxygène (deux des trois zones de reproduction du cabillaud sont désormais des zones mortes qui font la taille du Danemark), infections parasitaires, et surpêche sont autant de facteurs d’origine humaine qui ont contribué à cette situation catastrophique.

Crédit photo : MARCEL MOCHET / AFP

L’effondrement du cabillaud n’est pas une première dans l’histoire de l’océan. A Terre-Neuve, le gouvernement canadien avait dû lui aussi interdire la pêche industrielle au cabillaud alors que les populations étaient tombées à moins d’1 % de ce qu’elles étaient par rapport à leur niveau originel. Il a fallu 25 ans pour que la population canadienne de cabillauds commence un peu à ré-augmenter, avant de s’écrouler à nouveau à cause de nouvelles autorisations de pêche

« L’océan nous dit qu’il n’en peut plus mais nous sommes sourds. Les politiques de la pêche sont absurdes et conduisent à la catastrophe. » précise ainsi le Franco-Canadien Daniel Pauly, responsable de Sea Around Us, un groupe de recherche sur l’état des pêcheries basé à l’Université de Colombie-Britannique (Vancouver), au média Le Temps

Pour véritablement permettre au cabillaud de la Mer Baltique de se régénérer, il faudrait aussi étendre l’interdiction à la pêche au sprat et au hareng dont il se nourrit. Et empêcher les activités polluantes qui participent à l’eutrophisation des océans, un excès d’azote et de phosphore, causée par l’agriculture et les activités industrielles autour de la Mer Baltique. 

Le cabillaud est loin d’être un cas isolé. La Commission Européenne a récemment pris des mesures d’urgence similaires pour protéger l’anchois du golfe de Gascogne et le bar septentrional. Selon la FAO, la part des espèces marines surexploitées est passée de 10 % en 1974 à 33 % en 2015, tandis que celle des espèces capturées au maximum biologiquement supportable est passée de 50 à 60 %. Si l’on fait le calcul, cela ne laisse aujourd’hui plus que 7 % des espèces qui ne soient pas menacées de surpêche. 

Finalement, il s’agirait de repenser entièrement notre rapport aux océans, et simplement les laisser tranquilles pour qu’ils puissent se restaurer.

Crédit photo à la une : BUTHAUD-ANA / ONLY WORLD / Only France

22 août 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Face à l’effondrement du cabillaud, la Commission Européenne interdit sa pêche en Mer Baltique
FacebookTwitter
Manifeste - Numéro 3 Écrit par Hélène De Vestele , « L’urgence de la cohérence » est notre troisième manifeste. Le "Zéro Déchet" est ici vu comme une arme d’amélioration massive. Ce nouveau manifeste ne vous apprend pas à trier vos déchets... Il ne s’agit pas de faire un peu moins pire, il s’agit de bien faire. Nous devons radicalement changer pour construire un avenir meilleur. Hélène De Vestele vous emmène dans les coulisses du Zéro Déchet.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^