image couv site 1118

Contre le malbouffe, les jeunes peuvent partager leurs repas, cuisinés par des grands-mères !

FacebookTwitter

Les bons petits plats de votre mamie vous manquent? Votre madeleine de Proust ressemble à la blanquette du dimanche midi? Vous en avez ras-le-bol des déjeuners sandwich ou panini? Paupiette va gâter votre assiette et vous n’aurez plus qu’à tailler une bavette. Au lieu d’avaler votre casse-dalle en deux temps trois mouvements, vous allez pouvoir partager toutes les joies d’une bon repas, invités à la table d’une mamie cuistot super sympa !

Tout le monde le sait, les mamies sont des cuisinières hors pair. Elles aiment préparer des gâteaux, elles subliment les recettes traditionnelles comme personne et n’hésitent pas à passer du temps derrière les fourneaux. Nous avons tous en bouche, des souvenirs gustatifs du légendaire poulet rôti de mamie, du pot au feu, du hachis, du gigot ou des tomates farcies… De nos jours, peu d’entre nous mettent encore la main à la patte pour rendre hommage à la popote d’antan. Le savoir culinaire se perd (ou se transforme). De façon récurrente, les étudiants capitulent face au fast-food, optent pour la livraison à domicile, raffolent des sorties resto, ou sont abonnés aux plats cuisinés… tout un arsenal qui ne motive pas le « fait maison », il faut bien l’avouer.

155555111

L’idée de Paupiette est vraiment chouette. Rassembler des seniors et des jeunes autour d’un repas convivial. Le constat est simple : beaucoup de seniors souffrent d’isolement, tandis que la plupart des jeunes est en proie à la « malbouffe ». Eurêka ! Les uns et les autres étaient faits pour s’entendre, encore fallait-il qu’ils se rencontrent. C’est alors que Paupiette entre en scène pour favoriser les échanges intergénérationnels.

« Tout le monde le sait, les mamies sont des cuisinières hors pair. Elles aiment préparer des gâteaux, elles subliment les recettes traditionnelles comme personne et n’hésitent pas à passer du temps derrière les fourneaux. »

C’est Enora, 20 ans, qui pilote le projet Paupiette. Elle s’est directement inspirée de son vécu. En quittant sa ville natale et sa famille pour continuer ses études, elle prend conscience de deux choses : la difficulté de manger équilibré à un prix raisonnable, et l’isolement auxquels sont confrontés ses grands-parents qu’elle ne voit plus autant. La jeune fondatrice définit Paupiette comme un « activateur de lien », et souhaite soutenir l’idée d’une vraie communauté de personnes plutôt qu’une simple plateforme de mise en relation. « On ne partage pas qu’un repas. Chaque moment est unique, on ne prévoit que le menu, et le reste est porté par la dynamique relationnelle qui se tisse ».

Comptez 7 euros pour la formule entrée-plat-dessert. À ce prix là, le fast-food a du souci à se faire. Avec Paupiette, un bon petit plat tu mangeras, et en prime le sourire d’une mamie (ou d’un papi) tu gagneras !

2017-03 RELEVE&PEST0039 JEREM

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

FacebookTwitter