image-couv-site-987678976

Construction en terre : écologique et ultra performante stoppée par les lobbies du ciment

FacebookTwitter

La construction en terre est une superbe alternative au béton. En effet, elle consomme moins, elle coûte moins cher et vieillit très bien. Le seul problème de cette technique de construction est qu’elle n’est pas rentable du tout. L’architecte urbaniste Jean Dethier explique : « La terre crue, c’est le matériau anticapitaliste par excellence. On ne peut pas la vendre puisqu’elle est là sous vos pieds, dans votre lopin. Elle n’intéresse aucune banque (…) ni aucun groupe industriel puisqu’elle ne peut être source de profit ».

Des logements sociaux en Isère au cœur de la démonstration

Le Domaine de la Terre est un quartier d’habitat social qui abrite 70 logements sociaux individuels sur une surface de 2 hectares. Cette densité est importante et on peut dire que l’intelligence du quartier se trouve dans sa conception pensée autour des points stratégiques de la vie de ses habitants. Par exemple, les habitations ont été pensées de manière à ce que les enfants puissent se rendre à l’école à pied ou à vélo au maximum en empruntant les coulées vertes, ce qui suppose un nombre minimum de logements dans un rayon maximum. Ce qu’a voulu mettre en place Alain Leclercq, l’architecte et urbaniste qui était en charge de la conception du quartier était de gommer les différences entre les logements sociaux et les logements « normaux ». Exit les barres HLM, bonjour les logements individuels. En plus d’être encourageant et gratifiant pour les habitants, le coût de construction est le même que celui des logements traditionnels et la consommation d’énergie est entre 10 et 40 fois moins importante !

maison-individuelle-monomur-1

La terre, un matériau intelligent

On pourrait céder aux préjugés sur cette terre crue en disant que ce n’est pas solide, que cela ne tient pas dans le temps ou bien que l’humidité peut avoir raison d’elle. Que nenni. La terre est un matériau qui restitue la chaleur de manière différée et qui permet donc d’accueillir et de conserver la chaleur en hiver ou la fraîcheur en été. Isolation phonique et acoustique et surtout, bonne tenue dans le temps sont quelques-uns des nombreux avantages de l’utilisation de la terre crue en construction. Le cœur d’une utilisation de la terre comme matériau principal est l’orientation des pièces à vivre – en effet, les pièces où on est le moins (comme les celliers, les garages, les entrées) sont orientées côté nord, ce qui permet de constituer des « espaces tampons » qui protègent du froid et à l’inverse les pièces à vivre (les chambres et de grandes serres) sont orientées côté sud afin d’absorber la chaleur et la lumière. De plus, la possibilité d’utiliser des matériaux locaux afin de construire des logements est un avantage considérable ; c’est l’idée de Hassan Fathy, architecte égyptien du 20ème siècle qui plaide pour un bâti pensé avec des matériaux qui font partie intégrante de l’environnement locale, une des rues de ce quartier a d’ailleurs pris son nom pour en faire le sien. En effet, la terre du pisé a été prise sur le terrain, le bois dans la région, il n’y a pas d’acier et le moins de béton possible ainsi les émissions d’énergies grises sont minimes. Le défi de la construction en terre est donc plus culturel et politique que technique.

arton5806

Des réglementations obsolètes

La terre étant considérée comme un matériau expérimental, l’obtention d’un avis technique expérimental (ATEX) est onéreux et peut traîner durant de longs mois. D’ailleurs, ce même avis technique n’est pas réutilisable et on ne peut donc pas s’appuyer sur le savoir-faire. D’autres pays ont une réglementation plus souple en la matière, si l’on peut dire, comme par exemple en Allemagne ou en Angleterre où les règles professionnelles et les normes concernant ce matériau ouvre le champ des possibles.

Faire avancer les mentalités afin de faire évoluer la réglementation

La réglementation et les normes ne sont pas à jour avec les résultats obtenus dans les différents quartiers qui ont expérimenté la construction en terre, mais ce sont surtout les mentalités qui bloquent tout avancée. L’utilisation de la terre comme bâti n’est pas un retour en arrière prôné par des hippies sans chaussures, au contraire, c’est un matériau qui a été négligé du fait de la croissance des lobbies du ciment au lendemain de la guerre et des préjugés qui l’entourent. Bien loin d’être une des maisons friables des Trois Petits Cochons, elle s’illustre par sa résistance et son empreinte écologique nettement inférieure aux habitations traditionnelles. N’attendez plus, parlez-en autour de vous, discutez-en, faisons évoluer les consciences et soyons prêts à défendre ce noble matériau qui nous abrite et nous nourrit.

2017-03 RELEVE&PEST0039 JEREM

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

FacebookTwitter