image couv site 0987654333

«Le tout consiste à échapper à la frénésie dans laquelle notre société est entrée»

FacebookTwitter

Pierre Rabhi est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier, La Convergence des consciences (Le Passeur), a été publié fin 2016. Son rapport à la nature et au vivant y est indissociable de son rapport au temps.

Pierre Rabhi, de son nom d’origine Rabah, né en 1938 à Kenadsa, en Algérie, est un essayiste, agriculteur bio, romancier et poète français, fondateur du mouvement Colibris qui œuvre pour la création d’une société écologique et humaine. Dans son dernier bouquin, l’auteur français tente de répondre à la question suivante : Comment échapper à la frénésie de notre société ?

Pierre Rabhi a 78 ans et il se dit fatigué. Cependant, seules ses convictions lui permettent de tenir le coup. Cet homme engagé dans les enjeux gravissimes que sont la faim dans le monde et la destruction de l’environnement n’entend pas baisser la garde. Il a choisi de continuer à militer et se battre pour une société plus humaine. En effet, l’essayiste le dit lui-même : « L’humanité est folle et la planète est entre des mains inconscientes. » Il explique cela en disant que notre présence sur la terre est récente et l’humain est le seul à avoir introduit le principe de dualité pour des raisons imbéciles, inhumaines et surtout pécuniaires.

Pessimisme. Lorsque nous avons tendance à critiquer et à dénoncer les sociétés et leurs actions, nous sommes directement catégorisés comme des pessimistes et même parfois des complotistes. Pierre Rabhi peut également être critiqué pour son manque d’optimisme, cependant l’évolution ne nous donne pas satisfaction et confiance en l’avenir. Il serait faux de dire que seul le négatif triomphe dans le monde, mais l’humain n’utilise pas toutes ses capacités, aussi bien financières qu’intellectuelles, au service de la terre. Nos prouesses technologiques nous choisissons de les orienter à des fins de destructions et non à des perspectives d’évolution.

Pierre_Rabhi_credit_Guillaume_Atger

Temps. Pierre Rabhi met le point sur un autre facteur majeur, le temps. Certes avoir envie de changer les choses peut constituer un point important cependant, avons-nous le temps nécessaire pour changer véritablement la donne ?
« Le tout consiste à échapper à la frénésie dans laquelle notre société est entrée : quand la logique de profit accélère le temps pour des finalités stupides, la société ne crée plus de joie et l’on recourt aux anxiolytiques pour atténuer notre mal-être. » Cette phrase de Pierre Rabhi illustre parfaitement notre société actuelle, attiré par les profits quel qu’en soient les conséquences. Ajoutée à cela, une dépendance aux biens matériels faisant passer la nature et l’humain au second plan.

La situation inquiétante de notre monde n’est que le fruit des actions de l’homme. Il n’y aura pas de profond changement de société s’il n’y pas de profond changement humain. Nous sommes acteurs de notre planète, nos actions donnent des résultats qui peuvent être négatifs comme positifs. Si nous ne parvenons pas à changer les choses et à sortir d’un système régi par l’argent alors nous courrons à notre perte.

Crédit Photo : Guillaume ATGER

Commandez votre nouveau Livre-Journal en cliquant sur l’image !

FacebookTwitter
Article Précédent
Article Suivant