La Commission européenne souhaite autoriser pour 10 ans de plus le glyphosate 

FacebookTwitter

Ce n’est pas une surprise, mais cela pique quand même. La Commission européenne vient de proposer un renouvellement de la licence du glyphosate pour 10 ans au cours de la réunion d’experts s’étant tenue mercredi et jeudi dernier. Voici un nouvel épisode du petit glyphosate, fils du géant Monsanto.

Dans les épisodes précédents…

Le glyphosate est un herbicide controversé. En effet, principe actif du Round’Up, soit l’herbicide le plus utilisé au monde, il a été accusé de polluer les terres, bouleverser la biodiversité et provoquer des maladies chez l’Homme. En 2015, les associations opposées à ce composant, dont Générations Futures, n’ont pu s’empêcher de se réjouir avec prudence à l’annonce de son statut de cancérogène probable par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) et l’agence de l’OMS en charge de la classification des agents cancérogènes.

Parallèlement, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a publié un rapport, inattendu et honteux pour certains, qui qualifiait le glyphosate de « sans risques de déclenchement de cancer chez l’Homme ». Les différences de diagnostic se trouvent dans le facteur temps ; certains estiment que la corrélation n’est pas évidente au vu du nombre infini de personnes exposées, à la quasi inexistence de personne « saines » et surtout à la fenêtre temporelle entre l’exposition et le déclenchement de pathologies. De plus, côté Europe, l’EFSA s’est appuyé sur l’expertise et les études fournies par les industriels producteurs de glyphosate, notamment pour une raison de réglementation (le cahier des charges à suivre est extrêmement précis et doit être suivi à la lettre pour être considéré par la Commission).

pesticides

Côté CIRC, les expertises retenues et mises en avant sont celles publiées dans la littérature scientifique, accessibles au public et supposément indépendantes. En juin 2016, la Commission européenne avait décidé de prolonger l’autorisation de vente du glyphosate en Europe pour une durée de 18 mois supplémentaires en attendant l’évaluation du produit par l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques) chargée de faire pencher la balance.

C’est en mars 2017 que l’ECHA a décidé de garder le pouce levé en faveur du glyphosate : « Le comité d’évaluation des risques (CCR) a conclu que les preuves scientifiques disponibles ne répondaient pas aux critères de classement du glyphosate comme cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction ».

Résumé de l’épisode du 18 juillet 2017

Nous voilà donc 5 mois plus tard et ce qui était pressenti tombe comme une nouvelle pierre au gras édifice Monsanto : lors de la réunion d’experts des Etats membres du 18 et 19 juillet 2017, la Commission européenne a décidé de proposer, non plus un renouvellement temporaire de quelques mois pour la licence glyphosate, mais de la rallonger de 10 ans.

Le commissaire européen à la santé Vytenis Andriukaitis avait expliqué son souhait de « mettre un terme à la controverse scientifique » en relançant la procédure pour éviter toute stagnation du dossier (et possiblement le terme du renouvellement temporaire de la licence fin 2017). Ce dernier avait déjà expliqué en amont son pressenti positif pour le glyphosate au vu des verdicts de l’ECHA et de l’EFSA.

« Sur cette base, je n’ai aucun doute que cette substance est sans danger et la Commission va proposer de renouveler son homologation pour 10 ans. »

Cependant, il a également expliqué la teneur de la responsabilité du vote des Etats membres : « La Commission n’a aucune intention d’approuver de nouveau cette substance sans le soutien d’une majorité qualifiée d’États membres. ». Il y a un an, une majorité de pays avait accepté la proposition du renouvellement de la licence de produit sans obtenir la majorité qualifiée requise : la France et Malte avaient voté contre et sept pays dont l’Allemagne et l’Italie s’étaient abstenus, enrayant ainsi le processus. Le ministre français de l’Environnement, Nicolas Hulot, a par ailleurs rappelé son opposition ferme il y a une semaine.

Dans les épisodes à venir

Manifestations régulières, mobilisation des eurodéputés pour réformer l’EFSA, opposition d’Etats fondateurs de l’Europe, contre-expertises et larges campagnes de communication : la communauté anti-glyphosate fait du bruit et espère bien faire bouger les lignes. La difficulté du renouvellement de la licence du glyphosate témoigne de la puissance du levier citoyen, l’Europe n’a plus d’autres choix que d’être à l’écoute de sa population.

La prochaine étape est l’obtention d’une majorité qualifiée d’Etats membres pour réinstaurer la licence glyphosate ou, espérons-le, un vote du comité d’experts chargés du dossier contre la vente de ce poison qui coule depuis déjà trop longtemps dans nos veines. Rendez-vous en septembre ou en octobre pour le prochain épisode.

Manifeste numéro 1

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

FacebookTwitter
Article Précédent
Article Suivant