Le Cairn : une nouvelle monnaie locale et citoyenne à Grenoble pleine de promesses

Depuis l’automne 2017, une nouvelle monnaie locale et complémentaire circule sur le bassin grenoblois et le Sud Isère : le Cairn. Cairn : amas de pierre que l’on retrouve au bord des chemins de montagne. Il est placé pour marquer un lieu particulier, montrer un chemin, guider vers les sommets et invite tout un chacun à ajouter sa […]
31 janvier 2018 - Laurie Debove
FacebookTwitter

Depuis l’automne 2017, une nouvelle monnaie locale et complémentaire circule sur le bassin grenoblois et le Sud Isère : le Cairn.

Cairn : amas de pierre que l’on retrouve au bord des chemins de montagne. Il est placé pour marquer un lieu particulier, montrer un chemin, guider vers les sommets et invite tout un chacun à ajouter sa pierre.

Le nom de cette monnaie locale complémentaire est donc parfaitement adapté à cette région propice aux randonnées. Le Cairn circule sur le territoire délimité par le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) grenoblois ainsi que sur les parties iséroises des massifs de la Chartreuse, du Vercors, du Trièves, du Valbonnais, du Beaumont et du plateau Mathesyin.

Crédit : Association du Cairn

Le Cairn est une monnaie qui souhaite favoriser les échanges économiques locaux et responsables sur le territoire en agissant pour :

– Favoriser l’activité économique locale de la région grenobloise
– Etablir la confiance et encourager l’entraide entre tous les utilisateurs
– Soutenir la transition énergétique et respecter l’environnement
– Permettre au citoyen de s’impliquer dans la gouvernance de sa monnaie
– Dynamiser l’économie réelle et résister à la spéculation

Monnaie Locale Complémentaire (MLC) : titre de paiement échangé à parité avec la devise monétaire ayant cours légal sur le territoire national (ici 1 Cairn = 1 Euro) et destiné à circuler sur un territoire restreint (dans la limite légale telle que définie par la Loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire).

Le Cairn est né d’une volonté politique, universitaire et citoyenne. Xavier Guigue, référent du Cairn sur la Vallée du Grésivaudan, nous raconte :

« Les élus actuels voulaient aider à la création d’une nouvelle monnaie complémentaire, suite à l’échec du sol alpin. Le collectif des Economistes atterrés fait énormément de recherches sur les monnaies locales, et l’un d’entre eux, Jean-François Ponsot, enseigne à Grenoble. Enfin, certains citoyens ont souhaité se lancer dans l’aventure après avoir vu le documentaire Demain»

[Vidéo de présentation du Cairn : https://vimeo.com/218025089]

Monnaie locale, se réapproprier la monnaie et s’affranchir des dérives du système monétaire actuel

Le Cairn, comme toute Monnaie Locale Complémentaire et Citoyenne (MLCC) n’a pas pour objectif de remplacer la monnaie nationale, mais bien de la compléter pour redonner l’humanité et le sens que les monnaies conventionnelles n’incarnent plus : redynamiser l’économie locale, favoriser les circuits courts, respecter l’humain et l’environnement dans l’acte d’achat.

Xavier Guigue précise :

« Le Cairn est une façon de faire de la recherche sur de nouveaux moyens d’échange, construite autour d’une réflexion commune. Les règles qu’on se donne sont votées en assemblée générale. Utiliser le Cairn, c’est redonner du pouvoir aux gens sur un système financier qui nous échappe au quotidien. Grâce au Cairn, on sort du système monétaire international une masse monétaire dont on sera sûrs qu’elle ne sera pas spéculative et ne finira pas dans un paradis fiscal. »

[Conférence de Philippe Derudder : La voie prometteuse des Monnaies Locales Complémentaires : https://vimeo.com/238124949 Crédit : Vimeo Claps et Declics]

A ce jour, le Cairn est utilisé par plus d’une centaine de professionnels, et il existe une dizaine de comptoirs de change. L’association comprend 1 000 adhérents. Il y a actuellement 40 000 cairns en circulation correspondant à 40 000 euros dans le fonds de garantie dans une banque partenaire. Imposé par la loi, ce fonds de garantie entraîne un dédoublement monétaire et assure une sécurité aux citoyens qui transforme leurs euros en cas d’arrêt du Cairn.

D’un côté les unités de Cairn circulent dans le réseau, et de l’autre les euros gagés sont sur le fonds de garantie. La valeur du Cairn ne diminue pas avec le temps et la taxe à la reconversion du Cairn à l’Euro est de seulement 2%, l’un des taux de reconversion les plus faibles en France. L’idée, c’est que le Cairn circule sur le bassin grenoblois en valorisant ses compétences et ses ressources grâce au maillage des différents acteurs.

Xavier Guigue insiste bien sur le principe de complémentarité de la monnaie locale :

« En agriculture, on voit bien la catastrophe qu’entraînent les monocultures, pour l’argent c’est la même chose. Il faut qu’il y ait différentes monnaies en circulation. Par exemple, une monnaie internationale pour les échanges internationaux. Dans un système d’entraide avec des gens de confiance, il vaut mieux ne pas utiliser de monnaie du tout. Puis il y a la sphère entre les deux, un maillage du territoire national avec différentes monnaies. La force d’une monnaie locale, c’est sa complémentarité avec d’autres systèmes d’échange existants qui soient respectueux de l’humain et de l’environnement. »

A long terme, Xavier souhaiterait voir le droit français évoluer sur les monnaies locales grâce aux expérimentations territoriales menées par les différentes MLC existantes. L’association est d’ailleurs en train de créer un Comité Scientifique avec des économistes de l’université grenobloise.

Le Cairn souhaite ainsi se développer sur plusieurs axes : renforcer ses relations avec les acteurs de la Région et d’autres monnaies locales comme le zeybu solidaire d’Eybens, et utiliser le fonds de garantie pour investir dans des projets locaux créateurs d’emploi et de richesse, toujours en respect de l’humain et l’environnement.

image 15672

Pour commander notre nouveau Livre-Journal, cliquez sur l’image !

31 janvier 2018 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Le Cairn : une nouvelle monnaie locale et citoyenne à Grenoble pleine de promesses
FacebookTwitter
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^