Beira : La première ville complètement détruite par le changement climatique

« Beira entre dans l’histoire comme la première ville complètement détruite par les changements climatiques. Il va falloir que les gens (aides internationales) restent dans la durée, et non quelques semaines comme l’on voit souvent. »
4 avril 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter

Deux semaines après le passage du cyclone Idai, les dégâts restent considérables au Mozambique et dans les pays voisins. Beira, l’une des plus grosses villes du Mozambique, a été quasiment entièrement détruite. Pour les associations humanitaires, Beira serait l’une des premières villes au monde à subir autant de dégâts à cause des changements climatiques.

Le 14 mars, le cyclone Idai a frappé la ville de Beira et ses 500 000 habitants au Mozambique, inondant sols, cultures et habitations sur son passage, pour poursuivre sa course destructrice dans les pays voisins. Deux semaines après son passage, la situation reste précaire sur les zones touchées : 3 125km2 ont été inondés en particulier les terres agricoles, et les populations vivent dans des conditions insalubres avec le début d’une épidémie de choléra. Dans les premières estimations, la tempête a tué plus de 500 personnes au Mozambique, et 250 au Zimbabwe.  Dans les deux pays et le Malawi, l’ONU a recensé près de 3 millions de victimes.

Crédit Photo : Adrien BARBIER / AFP

La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) estime que 90% de la ville de Beira a été détruite ou endommagée par le cyclone. La montée en puissance inattendue du cyclone en a fait l’une des plus grandes catastrophes climatiques ayant jamais eu lieu en Afrique selon l’ONU. Le cyclone Idai aurait notamment été renforcé par le réchauffement de l’Océan Indien. Ainsi, malgré le fait que la population ait été prévenue plusieurs jours avant, la force de frappe d’Idai en a fait un événement climatique inéluctablement mortel.

Graça Machel, personnalité politique mozambicaine, a déclaré au Journal Le Monde : « Beira entre dans l’histoire comme la première ville complètement détruite par les changements climatiques. Il va falloir que les gens (aides internationales) restent dans la durée, et non quelques semaines comme l’on voit souvent. » L’ONG Amnesty International exhorte donc la communauté internationale à se préparer aux conséquences de plus en plus fortes du dérèglement climatique :

« La dévastation provoquée par le cyclone Idai est un autre signal d’alarme lancé au monde entier pour que nous mettions en place des mesures ambitieuses d’atténuation du changement climatique. 

Le cas du Mozambique et du cyclone Idai est significatif du renforcement des inégalités face aux effets du dérèglement climatique, les pays vivant dans des zones avec des événements climatiques extrêmes étant parmi les plus vulnérables.

Crédit Photo : Adrien BARBIER / AFP

« Les dirigeants régionaux et les gouvernements des pays plus riches doivent soutenir des systèmes efficaces d’alerte rapide, de préparation aux catastrophes et d’adaptation au changement climatique afin de sauver des vies et de protéger les droits de l’homme. »

Aujourd’hui, la FAO lance un appel à l’aide pour les agriculteurs et les pêcheurs touchés par le cyclone. « A mesure que les eaux se retirent, garder les animaux en vie, réhabiliter les terres ravagées et redémarrer la production agricole constituent des objectifs primordiaux dans un pays où 80% de la population dépend de l’agriculture », a déclaré la FAO. Beira, ville portuaire, est le premier port de pêche au Mozambique ainsi que le principal port d’importation du pays.

Avant la catastrophe, 1,8 million de personnes du Mozambique souffraient déjà d’une grave insécurité alimentaire. Ce chiffre risque malheureusement d’augmenter devant l’ampleur des dégâts.

Image à la une : Guillem Sartorio / AFP

4 avril 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Beira : La première ville complètement détruite par le changement climatique
FacebookTwitter
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^