Aux Etats-Unis, l’adoption se transforme en un marché d’« enfants jetables »

Au « pays de l’ultralibéralisme » tout s’achète, tout se compare et tout se vend. Même les enfants. C’est du moins ce que montre (entre autres) le documentaire bouleversant « La foire aux enfants » réalisé par l’émission Sept à Huit. Des enfants, âgés de 6 à 18 ans, défilent sur un podium. Sous les applaudissements d’une assemblée de […]
26 janvier 2018 - Auguste Bergot
FacebookTwitter

Au « pays de l’ultralibéralisme » tout s’achète, tout se compare et tout se vend. Même les enfants. C’est du moins ce que montre (entre autres) le documentaire bouleversant « La foire aux enfants » réalisé par l’émission Sept à Huit.

Des enfants, âgés de 6 à 18 ans, défilent sur un podium. Sous les applaudissements d’une assemblée de parents curieux, une voix au micro les présente brièvement : « Melodie a 14 ans, elle aime être le centre de l’attention et adore le rose ! » L’enfant avance, portée par les regards intrigués de la foule, et mime les gestes qu’exécuterait un mannequin à un défilé de mode.

Pourtant, ce n’est pas des vêtements ou un style que l’on vend ici, mais bien ceux qui les porte. Ce défilé, c’est en réalité une « foire aux enfants », la mise en scène ahurissante des enfants de différents organismes privés spécialisés dans l’adoption. L’événement, baptisé #MeetTheKids a tout d’un salon professionnel classique. Différentes agences privées sont réunies et tiennent des stands. Elles y font la présentation de leurs « produits » exhibés sur un catalogue qui comporte également de courtes descriptions de l’enfant.

Crédits : Sept à Huit / TF1

Après le défilé, les enfants qui ont « tapé dans l’œil » des parents sont invités à se joindre à eux pour une sorte de speed dating où tout se joue. En une dizaine de minutes, les couples parents-enfants doivent faire connaissance. Ces rencontres express pourront aboutir dans le meilleur des cas à une adoption. Mais ce n’est pourtant pas un cas de réussite que présente Sept à Huit, mais plutôt celui d’une désillusion : d’un côté une jeune fille, qui se livre entièrement et qui nous dit que son cœur la porte vers cette mère ; de l’autre, une mère, plutôt enthousiaste, mais qui semble se refroidir lorsqu’elle apprend que la jeune fille n’est pas baptisée – un critère déterminant pour elle, souligne le documentaire.

Cet exemple pour le moins choquant où l’enfant (dont on imagine à peine la souffrance) est réduit au statut de produit, n’est pourtant que le symptôme d’une réalité bien plus problématique. En effet, aux Etats-Unis l’adoption est devenue un véritable marché, et les enfants qui ici défilent sur le podium sont des enfants qui ont déjà été adoptés puis rejetés ; parfois plusieurs fois.

Aux Etats-Unis, une adoption sur quatre est annulée par les parents. Aucune justification n’est demandée. Et comme si le fait qu’une adoption annulée fasse diminuer la valeur du « produit », un enfant réadopté coûte en moyenne deux fois moins cher qu’un enfant « de première main » – « comme on se débarrasse au profit d’un inconnu d’une voiture d’occasion » souligne tristement le documentaire. La prise en charge par des organismes privés des structures d’adoption fait qu’ici encore, le client est roi, « satisfait ou remboursé », et ce au détriment du vécu des enfants.

L’ultra-libéralisme prend ici, plus que jamais, une figure monstrueuse. Et dans sa forme même (nous ne nions pas la bonne volonté des parents ou même des organismes), on a l’impression de tomber dangereusement dans des modèles qui rappellent les ventes d’esclave…

image 15672

Pour commander notre nouveau Livre-Journal, cliquez sur l’image !

26 janvier 2018 - Auguste Bergot
FacebookTwitter
Aux Etats-Unis, l’adoption se transforme en un marché d’« enfants jetables »
FacebookTwitter
Graine - Numéro 2 Tous les auteurs de « Graine » sont des acteurs du changement. De Pierre Rabhi à Hubert Reeves, ou encore Joël de Rosnay et Stéphanie Gibaud, ils nous font part de leurs expériences hors normes et de leurs visions de la société. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^