« Aujourd’hui l’enfant est consommateur, produit d’une société où il affirme son existence par ses choix »

Au cours du 19ème siècle l’enfant émerge comme un individu autonome et un sujet à part entière qui acquiert des droits propres. Aujourd’hui l’enfant est consommateur, produit d’une société où il affirme son existence par l’affirmation de ses choix. Du « Qu’est-ce que tu veux pour Noël » au cadeau en récompense d’un bon travail, les enfants qui demandent à leurs parents de leur acheter des objets est une norme largement répandue.
15 novembre 2019 - Sarah Roubato
FacebookTwitter

Quiconque a voyagé dans d’autres pays a pu constater qu’au Maghreb, en Afrique subsaharienne, en Amérique latine, a pu voir des enfants parcourir les montagnes ou les rues en groupes, sans adultes. Chose impensable dans nos sociétés, où l’enfant est constamment protégé et confiné à des espaces clos : enclos dans les cours d’écoles, parcs pour ne pas que les petits errent dans la maison, systèmes de codes et de vigiles aux entrées des écoles. Cet environnement qui répond à l’hypersécurisation de nos sociétés favorise le développement de syndromes de surprotection, rendant les enfants dépendants et craintifs, et régulièrement étudiés par les psychiatres. Les enfants jouant dans les parcs sont bien souvent encouragés à ne pas tomber, ne pas grimper aux arbres, ne pas toucher à ce qui est par terre. L’invention de la laisse à enfant en est un symptôme. 

Si des parents se rendent à un dîner avec leur enfant, il ne sera pas bien vu que d’autres adultes se mettent à le réprimander s’il fait des bêtises, de même qu’un inconnu dans la rue ou dans un restaurant. Nous déléguons l’autorité parentale aux seuls parents constituant la famille nucléaire, noyau de la famille occidentale depuis quelques siècles.

Si nous n’imaginons pas pouvoir faire autrement, il y a pourtant bien des manières d’envisager les rapports aux enfants. 

La place de l’enfant dans une société et les rapports qu’il entretient aux adultes est le fruit de longs processus d’évolution. En Occident, le 18ème siècle avec la naissance de l’individu et de son droit au bonheur, offre une place à l’enfant comme un être à part entière. Au cours du 19ème siècle l’enfant émerge comme un individu autonome et un sujet à part entière qui acquiert des droits propres. Aujourd’hui l’enfant est consommateur, produit d’une société où il affirme son existence par l’affirmation de ses choix. Du « Qu’est-ce que tu veux pour Noël » au cadeau en récompense d’un bon travail, les enfants qui demandent à leurs parents de leur acheter des objets est une norme largement répandue. 

Dans son rapport à ses grand-parents, l’enfant sera celui qui reçoit nourriture, attention, soins, et non comme celui qui doit participer aux soins de ses grand-parents devenus eux aussi vulnérables. Dans les pays où le bain maure est encore en usage, les jeunes filles savonnant leurs grand-mères symbolise cet échange entre générations.

En Amérique latine, en Afrique, au Maghreb, en Asie, et surtout parmi les populations moins occidentalisées et souvent plus pauvres, l’enfant relève de la responsabilité collective. Il est autant réprimandé que protégé par des inconnus. Ceci bien entendu, en excluant les situations de travail et d’exploitation des enfants. En dehors de ces situations, l’enfant est intégré à la maisonnée et il a des tâches à accomplir, notamment de veiller sur ses petits frères et soeurs ainsi que sur les personnes âgées. On trouvera souvent une fillette allant chercher de l’eau pour sa grand-mère, ou un petit garçon courant à l’autre bout d’un village pour aller transmettre un message. Responsabilisé très tôt, il n’en perd pas moins sa capacité d’émerveillement et d’invention.

Crédit photo : Anita Austvika

Dans les sociétés où le modèle de la famille nucléaire ne domine pas, les enfants sont aussi très tôt entourés de plusieurs adultes référents. Dans une maisonnée peuvent vivre un homme avec sa femme, ses frères et leurs femmes, les parents. Cousins et parfois voisins sont élevés ensemble et soumis à l’autorité et à la protection de l’adulte présent. Aujourd’hui ce modèle est réintégré dans les villages autonomes alternatifs, où s’expérimentent d’autres formes d’éducation, où l’enfant est réintégré à la vie sociale. 

Peut-être arriverons-nous à trouver un équilibre entre le respect de l’individualité de l’enfant et sa nécessaire intégration à la société, pour en faire autre chose qu’un individu consommateur : un membre actif d’un changement de société.

15 novembre 2019 - Sarah Roubato
FacebookTwitter
« Aujourd’hui l’enfant est consommateur, produit d’une société où il affirme son existence par ses choix »
FacebookTwitter
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^