Une alternative BIO aussi efficace que le Round’Up bloquée par l’Anses depuis 3 ans !

Saviez-vous qu’il existe une alternative bio au glyphosate dont l’efficacité a été attestée scientifiquement ? C’est très peu probable dans la mesure où cela fait maintenant plusieurs années que l’Union européenne, tergiversant sur la réautorisation de ce produit cancérogène, finit toujours par scander fanatiquement le fameux mot d’ordre : « There is no alternative » (« il n’y a pas […]
30 novembre 2017 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter

Saviez-vous qu’il existe une alternative bio au glyphosate dont l’efficacité a été attestée scientifiquement ? C’est très peu probable dans la mesure où cela fait maintenant plusieurs années que l’Union européenne, tergiversant sur la réautorisation de ce produit cancérogène, finit toujours par scander fanatiquement le fameux mot d’ordre : « There is no alternative » (« il n’y a pas d’alternative », d’après la formule attribuée à Margaret Thatcher).

Dimanche dernier, le glyphosate était finalement réautorisé pour cinq ans, après la mise en scène d’un faux suspense qui nous laissait espérer que l’ambiguïté du positionnement de l’Allemagne laissait encore possibles tous les cas de figure. Macron, surfant alors sur ce vent favorable annonçait, triomphal, que la France sortirait du glyphosate dans trois ans. Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, interrogée sur le plateau de BFMTV assurait quant à elle que ce délai serait « inférieur à cinq ans », sans pouvoir garantir d’échéance et faisant valoir le fait qu’il n’existait pour l’heure pas d’alternative crédible au glyphosate.

Et pourtant, voilà 3 ans que Jacques Le Verger, agronome français, se bat avec l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail) pour que celle-ci accepte d’homologuer son produit phare : un désherbant qui pourrait concurrencer le Round’Up et qui est… entièrement produit à partir de plantes ! En effet, l’entreprise bretonne Osmobio, après des années de recherche aux côtés du CNRS et un million d’euros d’investissement, a mis au point des produits biologiques tout aussi efficaces que les produits phytosanitaires mais à base d’extraits végétaux, d’algues marines et de principes actifs naturels seulement !

« Avoir de beaux légumes et des récoltes abondantes et de qualité sans traitements chimiques, c’est possible à condition de savoir respecter et nourrir le sol, d’accompagner la croissance des plantes et non la « forcer », de favoriser les équilibres entre la faune et la flore qui constituent notre environnement. »

Crédits : France 3

Après la création de son produit non-toxique pour l’environnement et la santé, Jacques Le Verger l’avait soumis à l’expertise du laboratoire indépendant Ineris qui avait rendu un avis favorable (republié le 28/11/2017) pour le produit confirmant que les « tests ne préjuge[aie]nt pas de l’impact à long terme du produit pour la santé et pour les écosystèmes. » Mais malgré ce soutien de l’Ineris, l’Anses rejette l’homologation du produit sous prétexte que le dossier n’est pas complet.

Malgré ses démarches, Jacques Le Verger n’arrive ni à obtenir un rendez-vous avec l’Anses ni à savoir précisément quelles pièces du dossier sont manquantes. Et ce, bien que Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture de l’époque, ait apporté son soutien au projet (d’après Ouest-France). Or sans l’accord de l’Anses, Osmobio ne peut mettre son produit concurrent du Round’Up sur le marché…

Lors d’une enquête menée par LCP, Jacques Le Verger affirmait, à raison sans doute :

« Si le dossier était porté par des multinationales, je pense que ça irait nettement plus rapidement. J’en suis même convaincu. »

Toutefois, Jacques Le Verger a décidé de revoir sa formule pour tenter, une dernière fois, en début d’année prochaine, d’obtenir le précieux aval de l’Anses. Très consciencieux, celui-ci confie à Le Télégramme : « nous avons changé notre approche du produit, plus concentré, afin de réduire son coût et son impact écologique, en diminuant les ressources en plantes dont nous avons besoin« . Il reste par ailleurs très confiant et ne baisse pas les bras malgré le renouvellement de la licence du glyphosate dont il estime qu’elle va « accélérer le processus d’étude des produits alternatifs, c’est nécessaire« .

A défaut d’être porté par les multinationales, le projet peut l’être par nous qui revendiquons la nécessité de sortir au plus vite du glyphosate pour sauver nos sols et notre santé. Alors contre leur meilleur argument, à savoir l’absence illusoire d’alternatives, montrons-leur que nous savons que celles-ci existent et que nous ne sommes plus dupes !

Crédits photo de couverture : Osmobio

image 11

Pour commander notre nouveau Livre-Journal, cliquez sur l’image !

30 novembre 2017 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Une alternative BIO aussi efficace que le Round’Up bloquée par l’Anses depuis 3 ans !
FacebookTwitter
Tout va bien enfin, ça va aller Synopsis: En ce début d’année, l’économie mondiale est en chute libre et le climat social s’effrite de plus en plus. Des banques qui ne délivrent plus d’argent, une pénurie d’essence et des coupures d’électricité à répétition vont amener nos deux héros à prendre conscience que l’effondrement est à leur porte. Que faire quand tout s’effondre ? Quand partir ? Et surtout, où aller ?
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^