Alerte : le gouvernement veut ouvrir la chasse pendant tout l’été !

Ouvrir la chasse 10 mois sur 12 ne permettrait que de mettre un pansement sur les symptômes d’un mal systémique bien plus profond
19 février 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Dénoncé par la LPO, un décret passé par le gouvernement souhaite ouvrir la chasse à partir du 1er juin, plutôt que le 15 août comme c’est le cas actuellement. Il n’y aurait alors plus que les mois d’avril et de mai qui soient sans chasse en France. La LPO appelle le plus grand nombre à s’opposer à ce décret sur la consultation publique.

Chasser le sanglier ou le chevreuil dès le 1er juin était déjà possible, mais strictement encadré par l’obtention d’une autorisation individuelle préfectorale de chasse anticipée, « un garde-fou indispensable à la sécurité des promeneurs » selon la LPO. Très peu de chasseurs demandaient l’autorisation, la majeure partie d’entre eux attendaient la fin des vacances d’été pour retourner chasser. Avec ce nouveau décret passé en catimini par le gouvernement, « plus besoin d’autorisation préalable : feu à volonté dès le 1er juin. »

Le site du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire a ouvert ce projet de décret à la consultation publique. Tous les citoyens peuvent donc y déposer leur avis jusqu’au 3 mars. Les communautés de chasseurs étant particulièrement actives sur ce type de consultation, la LPO invite le plus grand nombre à s’opposer à cette « énième concession gouvernementale aux lobbies de la chasse. » La France est déjà le pays d’Europe où la chasse jouit des plus grandes faveurs gouvernementales.

Si l’objectif affiché du décret est « la maîtrise des populations de grand gibier et de leurs dégâts », bien réels notamment chez les agriculteurs, ouvrir la chasse 10 mois sur 12 ne permettrait que de traiter les symptômes d’un mal systémique bien plus profond. De fait, l’explosion démographique des sangliers en France est notamment dû à l’absence de prédateurs naturels, tels que les loups, et à la politique menée par les organisations de chasse françaises depuis plus d’un demi-siècle.

« Nourrissage, préservation des laies reproductrices, lâcher d’individus élevés en captivité, importation des pays de l’Est, chasse en enclos, hybridation avec le cochon, tout a été fait au cours des cinquante dernières années pour favoriser la prolifération de l’espèce en France. » s’agace ainsi la LPO dans son communiqué

En France, il existe ainsi 1 300 parcs et enclos qui détiennent de 50 000 à 100 000 animaux : cerfs, chevreuils, mouflons, daims, etc. L’existence de ces parcs est possible car 75% des forêts françaises sont privées, et que le droit de chasse vient du droit du sol. La pratique de la chasse en enclos fait débat même au sein des chasseurs dont certains sont en désaccord avec ce manque d’éthique.

Pour la LPO, « il est donc bien normal que les fédérations de chasse soient légalement tenues d’indemniser les dégâts causés sur les parcelles agricoles, responsabilité à laquelle elles aimeraient aujourd’hui échapper tant elle est devenue coûteuse (30 millions d’euros par an). »

La LPO alerte aussi la population sur l’augmentation du risque d’accidents mortels que pourrait entraîner la chasse pendant l’été, période de vacances où de nombreuses personnes sont amenées à se promener en forêt. Dix accidents mortels ont eu lieu lors de la saison de chasse 2019-2020, toujours en cours, contre 7 la saison précédente.

Chasser les animaux l’été risque aussi de perturber l’ensemble de la faune sauvage pendant sa période de reproduction. Les renards sont déjà particulièrement menacés, plus d’un demi-million d’entre eux étant inutilement exterminés chaque année en France. La LPO rappelle qu’un renard consomme pourtant 4 000 rongeurs par an, ce qui en fait un véritable allié de l’agriculture !

Plutôt que d’ouvrir la chasse plus longtemps, l’organisme de protection des oiseaux préconise d’interdire l’élevage de sangliers et leur importation, et remodeler en profondeur le modèle agricole qui favorise les méga-cultures de productions céréalières majoritairement destinées au bétail, pour privilégier des associations de cultures destinées à la consommation humaine.

Tout le monde est donc invité à se prononcer sur la consultation publique jusqu’au 3 mars.

19 février 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^