Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Afghanistan : l’allocution d’Emmanuel Macron a révélé son idéologie d’extrême-droite sur la scène internationale

Surtout, le droit d’asile ne se limite pas à des situations emblématiques, et la protection internationale impose des mesures plus larges et ambitieuses, dans un contexte où près de trois millions d’Afghans sont déjà réfugiés dans un autre pays – dont près de 80% en Iran et au Pakistan voisins.
17 août 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Lors de son allocution sur la situation en Afghanistan, aux mains des talibans, Emmanuel Macron a déclaré vouloir porter une initiative européenne visant à « anticiper » et « protéger contre des flux migratoires irréguliers importants ». Au-delà de l’ignorance profonde qu’ils révèlent sur la question de l’immigration en Europe, ses propos ont suscité un tollé sur les réseaux sociaux et la scène internationale. Face à cette trahison de la tradition d’accueil du pays des droits de l’homme, des maires de villes françaises se sont engagés à ouvrir leurs portes aux réfugié.es.

Un président de plus en plus proche de l’extrême-droite

L’allocution du Président de la République française était grandement attendue au vu des images sinistres des milliers d’afghans tentant désespérément de fuir le pays, suite à la prise de pouvoir des Talibans. Loin de se montrer à la hauteur du drame humanitaire en cours, Emmanuel Macron semble avoir cédé à la mise en garde d’une partie de la droite et des extrêmes-droite de ne pas faire preuve d’« angélisme ».

Lire aussi : Afghanistan : chaos et panique à l’aéroport de Kaboul

« De nombreux Afghans, défenseurs des droits, artistes, journalistes, militants, sont aujourd’hui menacés en raison de leur engagement. Nous les aiderons parce que c’est l’honneur de la France d’être aux côtés de celles et ceux qui partagent nos valeurs », a-t-il promis avant d’enchaîner : « L’Europe ne peut pas à elle seule assumer les conséquences de la situation actuelle. Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent, et nourriraient les trafics de toute nature. »

Ce sont ses derniers propos, largement relayés par la presse, qui ont provoqué une suite de réactions indignées parmi la gauche française et de très nombreux citoyens, mais aussi au sein de la scène internationale comme chez le lanceur d’alerte Edward Snowden qui l’a affublé du surnom « Emmanuel Le Pen ! ».

C’est l’une des premières fois que la drague électorale du Président (non-officiellement en campagne) vers l’extrême-droite est tant assumée, dans un contexte géopolitique demandant pourtant une coopération internationale pour l’accueil de réfugiés. La presse étrangère ne s’y est d’ailleurs pas trompée.

Le scandale a été tel que le Président de la République s’est senti obligé de se justifier deux fois, en français et en anglais sur Twitter, en promettant « de faire son devoir pour protéger celles et ceux qui sont les plus menacés. » Et pour cause, le bilan des années au pouvoir des talibans en Afghanistan est notoirement connu et désastreux.

« Malgré les déclarations récentes de leurs chefs, on ne peut que craindre le pire pour les populations civiles, c’est-à-dire des violations très graves et systématiques des droits humains, notamment des châtiments cruels, inhumains et dégradants liés à l’application de la charia, et une épuration brutale de tous ceux et de toutes celles soupçonnés de ne pas adhérer à leur idéologie. Il y a donc urgence absolue. » a rappelé Amnesty International

Face aux exactions terribles des guerriers Talibans durant leur conquête, les femmes se sentent particulièrement menacées et vulnérables, et les images et photos les représentant ont déjà commencé à être effacées de l’espace public afghan, et ce jusque dans certaines universités.

Pour revoir l’allocution d’Emmanuel Macron concernant la situation en Afghanistan dans son intégralité, cliquez ici.

Des réfugiés bafoués dans leur dignité

Or, les hommes, femmes et enfants qui demandent aujourd’hui l’asile à l’Europe ne sont pas « des flux migratoires irréguliers », mais bien des réfugiés disposant du droit d’asile, dont le statut a été défini par la Convention de Genève.

Celle-ci stipule que l’entrée irrégulière ne peut être opposée à une personne exerçant ce droit fondamental, et impose aux États signataires d’examiner toute demande d’asile qui leur est adressée.

« Le principe de non refoulement, clé de voûte de la Convention de Genève, prohibe le renvoi d’un demandeur d’asile aux frontières de territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée, ou bien où il serait exposé à des persécutions. Les Afghans doivent par ailleurs pouvoir quitter librement leur pays, comme l’ont rappelé plusieurs États dont la France dans une déclaration commune du 16 août 2021. » rappellent ainsi des défenseurs des droits humains

Or, ce n’est pas la tendance à l’œuvre en France. Plus de 600 Afghans qui travaillaient pour l’ambassade de France ou ses affiliés comme l’Alliance française ont d’ores et déjà été rapatriés en France, et quelques autres sont encore attendues. A cela s’ajouterait quelque 800 civils, ainsi que leurs familles, qui ont travaillé pour l’armée française, mais la réponse est loin d’être à la hauteur de la situation.

La majorité des anciens interprètes et auxiliaires afghans de l’armée française sont toujours en Afghanistan où ils sont perçus comme des traîtres par les talibans et par certains de leurs compatriotes pour avoir apporté leur concours à la France.

« Depuis des semaines, nos fixeurs nous supplient de les aider, nous disent qu’ils sont terrifiés pour eux, pour leurs familles. Encore ce matin, des anciens traducteurs de l’armée française nous envoient des messages pour que la France les rapatrie mais ils ne font partie d’aucun plan d’évacuation Comment est-il possible d’abandonner des gens comme ça ? Ça fait des années que des reporters en parlent. On ne parle plus de procédures de visas mais d’évacuations d’urgence pour sauver des vies. On n’a presque plus les mots pour leur répondre, pour les réconforter. On attend et on espère… que leurs appels de détresse seront entendus et qu’ils pourront quitter ce chaos. » s’est ému le reporter de guerre Charles Villa

Surtout, le droit d’asile ne se limite pas à des situations emblématiques, et la protection internationale impose des mesures plus larges et ambitieuses, dans un contexte où près de trois millions d’Afghans sont déjà réfugiés dans un autre pays – dont près de 80% en Iran et au Pakistan voisins.

Au lieu de cela, l’UE fait tout l’inverse. Alors que les combats faisaient rage dans le pays, l’UE a mis en péril de nombreux ressortissants en les expulsant. Pas moins de 1 200 Afghans ont ainsi été reconduits dans leur pays, alors même qu’ils avaient demandé l’asile en Europe, depuis le début de l’année, selon un responsable européen cité par l’AFP.

L’appel à l’aide des Afghans n’est pas nouveau, ainsi que le montre les demandes d’asile dans l’UE. Les Afghans constituaient 10,6 % des dossiers déposés (44 000 sur 416 000), représentant le deuxième contingent derrière les Syriens (15,2 %), selon l’agence statistique de l’UE Eurostat. En France, en 2020, l’Afghanistan était le premier pays d’origine des demandeurs d’asile, avec 8 886 demandes.

Quant aux réfugiés ayant réussi à rentrer dans le pays au terme d’un long périple dangereux, ils sont traqués et harcelés par les autorités françaises, qui vont parfois jusqu’à lacérer leurs tentes et voler leurs affaires pour les inciter à « partir ». Mais vers où ?

Le faux problème de l’immigration en Europe

De nombreux mouvements politiques européens agitent l’épouvantail de l’immigration et de théories nauséabondes pour récupérer des voix électorales en jouant sur la peur de l’autre. Pourtant, l’UE a plus que jamais besoin d’encourager l’arrivée de nouveaux citoyens.

Avec une population vieillissante et un taux de fécondité inférieur à 2,1 depuis des années, l’Europe n’assure plus le renouvellement de ses générations et traverse un « hiver démographique » depuis 1974, selon les experts en démographie.

Lire aussi : Immigration : il faut réconcilier la société pour trouver des solutions humaines et justes

Selon les projections de l’ONU, la population des pays membres de l’Union européenne (Royaume-Uni compris) va décroitre dès 2030 et finir par perdre 10 millions d’habitants environ, à l’horizon 2050.

« C’est un peu comme si le Portugal était rayé de la carte durant cet intervalle », explique Alexandre Mirlicourtois, le directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

Enfants afghans dans un camp de réfugiés

En 2015, l’UE a ainsi enregistré pour la première fois plus de décès que de naissances. Selon les données de l’ONU, il faudra également compter sur la disparition de plus de 48 millions de travailleurs entre 2015 et 2050, soit « quasiment l’équivalent de la force de travail allemande » rappelle Alexandre Mirlicourtois.

L’UE ne s’y est d’ailleurs pas trompée. Alors qu’elle prépare une coordination franco-allemande pour empêcher les réfugiés afghans de venir sur son sol, elle a également créé une carte bleue européenne pour « attirer des travailleurs hautement qualifiés ». Là encore, l’UE bafoue ses engagements internationaux et triant les « bons expats » des « flux migratoires » fuyant la guerre et la persécution.

Fort heureusement, certains pays n’ont pas oublié les belles paroles de la Convention de Genève comme le Canada qui s’est dit prêt à accueillir 20 000 réfugiés, ou le Royaume-Uni dont les belles déclarations doivent maintenant être suivies d’actes.

En France, certains maires ont réaffirmé le rôle historique de terre d’accueil de la France en se déclarant prêts à accueillir les Afghans et Afghanes qui cherchent refuge en France et arriveront sur notre sol. Parmi les villes accueillantes : Strasbourg, Grenoble, Lyon, Besançon ou encore Tours. A la veille des élections présidentielles, il est primordial que la vie politique française retrouve un discours plus humaniste sur l’Afghanistan et la question de l’immigration en général.

Alors que l’humanité va au-devant de phénomènes climatiques sans précédent qui bouleverseront l’équilibre mondial, celui qui reçoit aujourd’hui doit se souvenir qu’il est parfois l’accueilli d’hier, et que nul ne peut garantir sa sédentarité pour toujours. Parce qu’eux, c’est nous.

Pour aller plus loin : 4 heures de documentaire pour avoir des clés de compréhension sur 50 ans de guerre et le rôle de l’impérialisme occidental dans la situation afghane

17 août 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^