500 personnes bloquent une usine d’engrais azotés pour dénoncer l’impact mortifère de l’agro-industrie

Selon le dernier rapport du GIEC, l’agriculture industrielle est responsable de 21 à 37 % du total des émissions de GES. Ainsi, 82% des émissions de protoxydes d’azote (un gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le CO2) sont causées par le système agricole industriel, notamment les engrais azotés.
25 septembre 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter

« Free The Soil » a frappé fort pour sa première action en Allemagne. Pendant 27 heures, des centaines d’activistes climat de tous pays ont bloqué les entrées de l’entreprise Yara, premier producteur mondial d’engrais azotés, pour dénoncer l’impact mortifère de l’agro-industrie sur les écosystèmes et son rôle majeur dans la crise climatique.

Un blocage réussi

Dès 11h40 ce lundi 23 septembre, près de 500 personnes ont bloqué l’activité de l’entreprise Yara, sur le site de Brunsbüttel, près de Hambourg, dans le nord de l’Allemagne. Cette action de désobéissance de masse a bloqué deux des principaux accès à l’usine jusqu’à aujourd’hui, 15 heures. Dans la nuit de lundi à mardi, des activistes ont également bloqué la troisième entrée, avant d’être délogés par la police, tandis qu’un petit groupe s’est infiltré dans l’usine.

Leur objectif : ralentir voire stopper la production en gênant la rotation de trois plages horaires de travail

Crédit photo : Pay Numrich

« A un niveau institutionnel, cela fait longtemps que des personnes réclament un changement de modèle pour sortir de l’agriculture industrielle. Considérant l’urgence écologique et climatique, nous avons désormais besoin de changements plus rapides que ce que les politiques peuvent mettre en place. C’est pourquoi nous avons décidé de faire nous-mêmes barrière au plus grand producteur mondial d’engrais azotés. » témoigne Rico, membre du mouvement Free The Soil, pour La Relève et La Peste

Le groupe infiltré la nuit a d’abord été retenu à l’intérieur du bâtiment, puis finalement relâché. La mobilisation collective a fait ralentir la production de l’usine pendant 27 heures. Cette action de désobéissance de masse s’est tenue dans le calme et marque le coup d’envoi du mouvement international « Free The Soil » (Libérez la Terre). Fondé au Danemark, ce mouvement international regroupe des militant-e-s de tous âges et de tous horizons (étudiants comme paysans) qui poursuivent le même objectif : dénoncer l’impact destructeur de l’agriculture industrielle et de l’agrochimie sur les écosystèmes et le climat.

Crédit photo : Pay Numrich

« Food for people, not crops for profit »

Les militants ont choisi de bloquer Yara, car elle symbolise les effets mortifères de l’agrochimie. Vendant ses produits dans 150 pays, Yara est le premier distributeur mondial d’engrais azotés, et le premier acheteur de gaz en Europe, cette énergie fossile étant indispensable à la fabrication industrielle d’engrais azotés. Avec le slogan « Food for people, not crops for profit » (de la nourriture pour les gens, pas des cultures pour le profit), ce n’est pas seulement Yara qui est visée, mais tout un système qui est dénoncé.

« L’impact climatique et écologique de nos systèmes alimentaires industriels n’est pas seulement lié à la distribution, mais aussi à la fabrication, transformation, et à la façon dont nous cultivons la nourriture. Cette action n’a pas pour but de désigner Yara comme le seul responsable. Nous demandons un système alimentaire plus juste et écologique, qui respecte la souveraineté alimentaire des pays. Des alternatives existent déjà, les gens devraient pouvoir cultiver sainement leur nourriture en toute liberté. » appuie Rico auprès de La Relève et La Peste

Selon le dernier rapport du GIEC, l’agriculture industrielle est responsable de 21 à 37 % du total des émissions de GES. Ainsi, 82% des émissions de protoxydes d’azote (un gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le CO2) sont causées par le système agricole industriel, notamment les engrais azotés. Le système alimentaire agricole industriel est également l’une des causes majeures de l’effondrement de la biodiversité, de la privatisation du vivant, de l’accaparement des terres arables par de grandes compagnies privées au détriment des populations locales, d’un post-colonialisme dramatique, et du surendettement des agriculteurs des pays du Nord.

Le Mouvement Free The Soil va continuer son travail de réflexion, d’échange et de sensibilisation autour de cette thématique, et devrait mener d’autres actions dans le courant de l’année prochaine.

Image à la une : Pay Numrich

25 septembre 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
500 personnes bloquent une usine d’engrais azotés pour dénoncer l’impact mortifère de l’agro-industrie
FacebookTwitter
Tout va bien enfin, ça va aller Synopsis: En ce début d’année, l’économie mondiale est en chute libre et le climat social s’effrite de plus en plus. Des banques qui ne délivrent plus d’argent, une pénurie d’essence et des coupures d’électricité à répétition vont amener nos deux héros à prendre conscience que l’effondrement est à leur porte. Que faire quand tout s’effondre ? Quand partir ? Et surtout, où aller ?
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^