image couv site 912345

« Le magasin pour rien », un lieu alternatif où tout est gratuit… Bravo !

FacebookTwitter

Ce lieu atypique se trouve dans la ville de Mulhouse, en Alsace. Le principe ? Tous les objets de la boutique sont gratuits, chaque personne peut en prendre 3 sans se justifier, et ce, peu importe son appartenance social et son niveau de vie.

Créé en 2009, ce magasin dirigé par Mireille Gigante, 65 ans et militante sociale de longue date, a connu un lancement plus que prometteur. Fort de son succès il a dû déménager en 2013, pour des locaux plus grands.

Le concept

Tous les objets présents sur les étagères de la boutique proviennent des placards des habitants. Tout le monde peut participer et apporter des objets divers, tant qu’ils soient utiles et en bon état.

Chaque visiteur de la boutique peut alors choisir trois objets sans aucun frais et sans aucune justification. Mireille Gigante refuse les étiquettes et voit au delà de simples consommateurs ; elle voit avant tout des êtres humains. Une caisse est tout de même à disposition, à qui souhaite participer au fonctionnement de magasin, mais rien n’est obligatoire !

Un projet rendu possible grâce au soutien d’une association, de la Maison de la Citoyenneté et de la mairie, qui financent intégralement les locaux. Aujourd’hui, grâce à un bouche à oreille efficace, plus de 20 personnes foulent le pas de la porte quotidiennement.

mea-vc

Un concept qui intéresse et qui se multiplie…

Ce magasin particulier a fait beaucoup parler de lui dans les médias locaux. Mais pas seulement, puisque des grands médias s’y intéressent : de grands groupes français, mais aussi des journalistes de Dubaï s’y sont même déplacés !

Plus que les médias, Mireille GIgante est aussi souvent sollicitée par des personnes désireuses de monter , comme elle, « des magasins pour rien » dans leur ville !

Et vous, cela vous intéresserait de monter un magasin de ce type dans votre commune ?

… Et qui nous rappelle les « gratiférias »

Le concept du magasin gratuit nous évoque une autre idée, elle venue d’Argentine : les gratiférias. Sous cette appellation se cachent en fait des marchés gratuits, non commerciaux, où l’on peut donner des objets ou proposer des services.

Cependant, ces magasins et marchés ne constituent pas pas un système « d’échange » ; personne ne doit rien à personne. On donne ou on reçoit sans contrepartie : une alternative au capitalisme et à la surconsommation.

20140531_103837_2

Sources : Consocollaborative / Le Colibri 

FacebookTwitter