image-couv-site-1234

Des chercheurs mettent au point des emballages biodégradables à base de déchets industriels

FacebookTwitter

De la même allure et de la même fonction que le plastique, les nouveaux emballages Ecobiocap développés à Montpellier relèvent le challenge du 0 déchet.

5 de millions de tonnes de trop !

C’est le chiffre qui fait froid dans le dos et qui consume notre planète à grandes flammes. Il représente la quantité d’emballages ménagers uniquement jetés par an en France dont à peine 1% est biodégradable. Si l’on veut mesurer la quantité totale de déchets produits en France, il faut compter les déchets ménagers, les déchets municipaux et les déchets professionnels (BTP, industrie, agriculture, activités de soin) et nous arrivons à 13,8 tonnes de déchets produits par an et par habitant. Nous pouvons également ajouter à ces constatations nationales que les habitants du monde sont en train de construire un immense continent de déchets qui flotte tranquillement dans le nord de l’Océan Pacifique et qui ne fait pas moins de 6 fois la France.

Une conscience collective et des solutions innovantes

Fort de ces conclusions – cela fait plusieurs années que les Etats tentent de s’organiser afin de sensibiliser les populations, réglementer les industries et favoriser les recherches dans les innovations des énergies durables et du développement durable. C’est donc dans le cadre du projet européen Ecobiocap orchestré par Nathalie Gontard, chercheuse au laboratoire Ingénierie des agropolymères émergents (IATE / Université de Montpellier – INRA – Cirad – Montpellier SupAgro), qu’une équipe de chercheurs a mis au point une nouvelle génération d’emballages complètement biodégradables. En exploitant les résidus des industries agro-alimentaires, ou plus précisément en mixant de manière savante un polymère issu de la fermentation de déchets liquides des industries laitières et des fibres ligno-cellulosiques issues du broyage de paille de blé, les chercheurs ont conçu un matériau alternatif au plastique totalement biodégradable.

Les mots « victoire » et « révolution » sont de mise

Nathalie Gontard et son équipe ont relevé un challenge incommensurable qui va permettre non seulement de réduire les déchets ménagers, mais bien de les anéantir si la législation française, européenne et mondiale se range du côté de la pertinence en bannissant les emballages non biodégradables. Cette innovation révolutionnaire tracerait une nouvelle boucle de l’économie circulaire d’objectif 0 déchets. Les contraintes de préservation des aliments sont respectées et les emballages Ecobiocap peuvent être utilisés sans crainte pour l’utilisateur et pour la planète. Le recyclage de ces emballages est simple comme bonjour, il suffira de les mettre au compost avec les autres restes alimentaires ! Transformer des déchets en super emballages : check ✓avec les félicitations ! Nous comptons dès maintenant sur nos représentants politiques pour encourager cette découverte et sur les consommateurs pour orienter leur choix vers cet emballage dès leur mise en rayon.

Commandez votre nouveau Livre-Journal en cliquant sur l’image !

FacebookTwitter